Actu

Inventing Anna : Notre avis sur la série Netflix. (Spoilers)

Inventing Anna fait faux bond au talent de son actrice principale.

SPOILER ALERT.

Dans Inventing Anna, série Netflix sortie le 11 février dernier, Vivian Kent, une journaliste sur le fil du rasoir, enquête sur l’affaire Anna Delvey, la légendaire héritière allemande d’Instagram qui ne s’est pas contentée de briser les cœurs de la scène sociale new-yorkaise, mais qui l’a aussi dépouillée. La série s’inspire de l’article du New York Magazine intitulé « Comment Anna Delvey a trompé les fêtards new-yorkais » écrit par Jessica Pressler.

Inventing Anna. (L to R) Julia Garner as Anna Delvey, Anna Chlumsky as Vivian Kent in episode 108 of Inventing Anna. Cr. Nicole Rivelli/Netflix © 2021

NOTRE AVIS

Il y avait tout pour faire une excellente série. Julia Garner, l’excellente Ruth d’Ozark, et son interprétation impeccable d’Anna Delvey. Une histoire aussi farfelue que vraie. Et une productrice- Shonda Rhimes- qui sait habituellement où elle va. Et pourtant.
Inventing Anna n’est pas un navet. La série se regarde, surtout parce que le spectateur veut connaître la suite des évènements. Mais la série est bâclée, les épisodes tirent en longueur (1h15 parfois), sans que ce soit nécessaire ou utile.
Et qu’en est-il du postulat de départ? Avec pour titre « Inventing Anna« , le spectateur s’attend à voir Anna Sorokin se transformer en Anna Delvey. Comment, et on dit bien comment, Delvey a -t-elle réussi à tromper la jeunesse New-Yorkaise? A l’intégrer? Par où et qui a-t-elle commencé? Après les 9 épisodes, il est toujours difficile de répondre à cette question. Ce qui ne rend service ni au personnage principal ni à la série.
A part le cas Alan Reed- et encore-, tout semble avoir été « facile » d’accès. Si on l’avait vue se transformer doucement en Anna Delvey, travailler pour retenir les noms et les biographies de ses « victimes » , apprendre l’histoire de l’art, se prendre un ou deux gros refus, il aurait été plus simple de comprendre à quel point ce qu’elle a fait relève de l’exploit- et c’en est un. Ici tout semble s’être déroulé sans accrocs. Ceux qu’elle a bernés ressortent crédules, mais elle n’en sort pas plus intelligente. La faute à Shonda Rhimes, qui veut qu’on s’attache à son personnage, autant que le sont Vivian Kent – la journaliste- et Todd – l’avocat. Ils s’efforcent de dire qu’elle n’est pas coupable, qu’elle ne mérite pas sa peine. Anna est coupable. Et a été reconnue coupable par la justice. Rhimes fait l’erreur de ne pas vouloir faire de sa protagoniste une anti-héroïne en tentant de l’innocenter. Et c’est pourtant ce qui aurait donné à la série un vrai coup de peps.

Parlons également de Vivian Kent. Elle tente de redevenir une journaliste crédible avec cet article. Pourtant après des mois de recherches et d’interview et un article publié, elle se dit « et si elle ne mentait pas », et décide donc de partir en Allemagne. C’était peut-être à faire avant de publier l’article, non?

Pour résumer, Inventing Anna n’est pas à la hauteur de son actrice principale ou du sujet dont la série traite.

(Crédits image mise en avant : NICOLE RIVELLI/NETFLIX)
Pour nous suivre sur les réseaux sociaux, c'est ici !

Laisser un commentaire